Recherche avancée

Vers page d'accueil Université de Toulouse - Jean Jaurès Vers page d'accueil Université de Toulouse - Jean Jaurès
Accès ENT

Formations

Vous êtes ici : Accueil Géo > Formations > Licence


Licence 2016 : modules de 3e année, UE 501 à 503

Semestre 5

  • UE501 et UE 503 : 2 spécialités à choisir parmi les cinq proposées :
  • Géographie urbaine, approches de la ville (mutualisée avec APTER)
Cette unité est centrée sur l’analyse du fait urbain dans les différentes régions du monde et ouvre sur les principales questions posées aujourd’hui aux villes et espaces urbains. Il s’agit tout à la fois de traiter des fondamentaux du champ des études urbaines (développement du fait urbain dans le monde, formes de la croissance urbaine, appropriation des différentes composantes des villes…), d’interroger leurs dynamiques sociales, économiques et spatiales, d’appréhender des recompositions territoriales en lien avec les stratégies d'acteurs publics, privés, des ménages. L’objectif de cette UE est donc aussi de sensibiliser aux jeux et systèmes d’acteurs dans le champ de l’urbanisme, même si l’entrée par les politiques publiques d’aménagement relève surtout des séances du 2ième semestre de la spécialité.  Finalement il s’agit de cerner la complexité et la richesse des espaces urbains sans cesse confrontés à de nouveaux défis, à de nouveaux enjeux sociaux, économiques, environnementaux, dans des contextes territoriaux différents. Les séances de TD permettent d’approfondir les thèmes développés en cours magistraux à partir d’exemples. Le recours à la mobilisation des différentes ressources du géographe (lecture de textes, l’analyse de cartes et données) a aussi l'objectif de confronter les regards portés sur la ville.

  • Environnement 1
Dans ce module, et en prolongement des modules abordant les questions environnementales (UE 101, 301 et 601), il s’agit d’analyser les processus de fonctionnement et l’évolution des systèmes naturels afin de mieux comprendre les questions environnementales d’aujourd’hui (gestion intégrée des milieux, rapports nature/société, protection des espaces, gestion des risques….) évoquées au second semestre. L’accent sera mis sur la démarche naturaliste et sur les méthodologies et les problématiques propres à la géographie de l’environnement (analyse multiscalaire spatiale et temporelle, analyse des milieux, relevés de terrain…). Cela à travers différentes thématiques.

- Les écoulements et les processus hydrologiques

- L’étude des formations végétales et leur dynamique spatio-temporelle en relation avec les milieux naturels.

- Les relations de la faune sauvage avec les milieux

- les relations érosion/sols/modelés.
 
  • Le paysage en géographie
Le paysage figure parmi les concepts clés de la géographie moderne, en prise directe sur les questions de culture, de patrimoine, d’identité, de cadre de vie et de développement durable des territoires.

L’étude géographique des paysages, constructions permanentes des sociétés, concerne aussi bien les milieux « naturels », que les paysages urbains et ruraux. Elle implique non seulement la prise en compte de différentes échelles spatiales d’observations, mais aussi des dynamiques temporelles (temps long, court…). La question des paysages en géographie suggère une large ouverture disciplinaire articulant approche naturaliste, approche socio-culturelle et approche sensible.

Au cours de cette UE seront abordées les questions liées à la culture et à la connaissance du paysage, ainsi qu’aux méthodologies d’analyse des paysages

Cet enseignement s’appuie sur des observations de terrain nécessitant la lecture et l’analyse de paysage ainsi que la réalisation d’iconographies variées (dessins, croquis, cartes, photographies…).

  • Dynamiques des campagnes du monde 1
Première partie de cette spécialité, ce module dispensé au premier semestre traite des évolutions récentes des espaces ruraux principalement en France et en Europe occidentale. La mobilité, l’essor des circuits courts, le développement local et la place de l’agriculture sont autant d’enjeux qui animent et transforment les campagnes. Ces enjeux de sociétés abordés en cours nous amènent aussi à développer une réflexion épistémologique. L’accent est mis sur les définitions des termes et de notions fondamentales permettant d’identifier les dynamiques des campagnes contemporaines. Il s’agit à la fin du semestre d’avoir les connaissances nécessaires pour cerner les logiques structurantes des espaces ruraux en pleine mutation et les grandes orientations données à leur développement. Pour cela, les CM fournissent des informations sur les façons dont le rural est appréhendé par les sciences sociales en général et la géographie en particulier, mais aussi par les politiques publiques. Des connaissances sont plus particulièrement apportées sur la construction de la ruralité comme objet géographique et comme catégorie statistique. Ensuite, une approche fait état des recompositions sociales et productives qui les affectent, et des mutations des usages et des fonctions qui en découlent. Les TD conduisent les étudiants à questionner la construction sociale des territoires ruraux. Ce module se poursuit au second semestre dans l’UE GE0D601V.

  • Internet et Réseaux : une approche géographique
Histoire et Géographie des techniques et des pratiques. Cette première approche est consacrée à l’étude de la construction des réseaux de communication à distance dans l’espace et les territoires. Plusieurs exemples seront convoqués à différentes périodes et dans différents contextes géographiques. Le cours aborde la question des conditions matérielles mais aussi politiques et économiques liées au déploiement des grandes infrastructures contemporaines. La troisième partie du cours est consacrée à la question des pratiques et des usages des réseaux et des différents outils de la communication à distance. Il sera question d’évoquer tant la part de lumière que la part sombre liées au développement de ce qu’on appelle la « société de l’information ». Comment les sociétés s’approprient-elles les nouveaux outils, comment s’inventent de nouvelles façons de « vivre ensemble », d’accès à la connaissance …? A rebours, comment s’inventent de nouvelles formes de délinquance (cybercriminalité, darknet, arnaques en tous genres…) ?

  • UE 502, Aire culturelle à choisir parmi :
  • Asie

L’UE d’aire culturelle « Asie » vise à donner aux étudiants une représentation large de cette région. L’espace abordé se centre surtout sur ce qu’on appelle communément l’Asie orientale (principalement les pays de l’ASEAN, la Chine, les deux Corées et le Japon), même si certains exemples où sujets pourront étendre leur perspective au sous-continent indien et à l’Asie centrale.

Les cours et TD traitent des multiples aspects de cette région : géographie physique, histoire (de la préhistoire à l’époque contemporaine), géographie culturelle et religieuse, démographie, question de l’environnement, géographie rurale et urbaine, géographie sociale et économique, enjeux géopolitiques…

Les enseignements s’efforcent de mobiliser une grande diversité de sources d’information et de documentation, afin de permettre aux étudiants de saisir la richesse et la complexité de l’aire géographique Asie. Les cours s’appuient ainsi notamment sur des analyses d’articles de presse, d’articles scientifiques, de cartes, de statistiques, de documents historiques, de films…

  • Europe

Les cours mettent en évidence d’une part la diversité des trajectoires historiques et des cultures en Europe, d’autre part, les processus de convergence continentaux dont le projet européen est le moteur. L’originalité de l’Europe se situe en effet dans un paradoxe : d’un côté on peine à en définir les limites et extraire une identité évidente, de l’autre, elle est le seul « continent » où l’on puisse observer un projet d’intégration politique aussi abouti.

Dans cet enseignement, une large place est faite à l’étude des structures spatiales et aux dynamiques territoriales selon une approche à la fois historique, géographique, géopolitique et socio-économique. Sont également abordées et discutées les modalités de la construction européenne avec ses enjeux et ses difficultés.

  • Afrique subsaharienne
L’objectif est de voir comment l'Afrique subsaharienne se révèle un continent « en réserve de développement » et en profonde mutation. L'Afrique montre une grande capacité d'adaptation et de réaction face aux grands bouleversements qu'elle a affrontés ces cinquante dernières années : le continent est aujourd’hui à la fois le plus prometteur en matière de croissance (5% en 2015-2016 pour la Banque Mondiale), et celui qui porte les inquiétudes les plus grandes (santé, problèmes géopolitiques).

L'accent sera mis sur les questions de développement au sens large, et prendra en compte le poids de la géopolitique continentale. L'approche se fera aussi bien à l’échelle institutionnelle et étatique, que sur le plan culturel dans un contexte général de « crise » tant dans le monde rural que dans le monde urbain.

Développement de l'idée de « bonne gouvernance », processus de démocratisation et crises intérieures regardant maintenant vers les récentes "révolutions arabes" du nord du continent, émergence de la rente pétrolière dans un monde d’« après 11 septembre », développement des nouvelles technologies d’information et de communication sont autant d’éléments qui font de l’Afrique subsaharienne un continent pluriel qui affronte le XXIe siècle avec des atouts certains.

  • Amérique Latine
Riche de contrastes géographiques, démographiques et culturels, et de similitudes dans certaines évolutions économiques et politiques, l'Amérique latine est une entité spatiale vaste et diverse, non réductible à quelques clichés. Á travers les grands thèmes de la géographie régionale, le cours vise à montrer comment les différents Etats-nations d'Amérique latine organisent leurs territoires, selon des ressources, une histoire, des représentations et des pratiques socio-économiques plurielles. Ces objectifs d’analyse permettent de saisir les rapports que les sociétés latino-américaines entretiennent avec leurs espaces, en tenant compte des actions publiques et collectives, des systèmes de valeurs, de représentations et de pouvoirs, et des contrastes en termes de niveaux et de rythmes de développement. Sont ainsi déclinées des thématiques relatives aux milieux naturels et à l’anthropisation, aux dynamiques démographiques et aux populations, aux modèles macro-économiques et de développement, au processus d’urbanisation, aux espaces ruraux et aux systèmes productifs agricoles, à l’exploitation des ressources locales, à l’Amérique latine et à son insertion dans le monde, etc.

  • Méditerrannée

Pour certains la Méditerranée (entendue là comme la mer et les terres bordières) est un creuset de civilisations. Pour d’autres, sauf à la considérer comme une simple mer, elle n’existe pas. Pourquoi ces divergences ? Où est la vérité ? On ne peut nier que la Méditerranée est le lieu de toutes les diversités, de tous les clivages, réels ou potentiels. On ne peut nier non plus qu’elle ne cesse d’alimenter rêveries et projets politiques. Quels enjeux s’attachent à une réflexion autour de la Méditerranée ?

Pour répondre à ces questions, les enseignements s’appuient tant sur une approche géohistorique qu’ils intègrent des questionnements environnementaux ou géopolitiques. Parce que la Méditerranée est notre sud immédiat, parce qu’elle est aussi une part de notre identité, elle mérite une attention particulière. Pour ceux qui visent les concours de l’enseignement, elle recouvre des territoires et des problématiques en filigrane de vastes pans des programmes du secondaire. Pour tous les autres, elle est l’occasion d’une géographie régionale d’autant plus indispensable qu’elle aide à mieux comprendre les grands défis de notre monde.

Vers la suite des modules de 3e année

rédigé par Laurent Jegou

mise à jour le 5 septembre 2017


Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page